Historique

Livres anciens où il est écrit «Histoire de la coopérative»

Démarches de Coop ASSIST

 
Bannière 2016, l'étape des recherches

Mai 2016

Jonathan Marchand est institutionnalisé en CHSLD ou à l’hôpital depuis 2010, il a besoin d’assistance 24h/24. Il a un handicap depuis son enfance, il se déplace en fauteuil roulant, mais n’a jamais eu besoin de soutien à domicile avant.

Jonathan entre en contact sur les médias sociaux avec des personnes en situation de handicap d’un peu partout dans le monde. Il découvre qu’il est un des seuls à vivre en institution. Dans beaucoup d’endroits de l’assistance 24h/24 à domicile est disponible.

Septembre 2016

Jonathan découvre des textes sur la vie autonome et l’assistance personnelle. Il se rend compte que dans plusieurs endroits dans le monde et au Canada des personnes en situation de handicap se sont prises en main et ont proposé et obtenu de nouveaux programmes gouvernementaux pour combler leurs besoins d’assistance personnelle.

Octobre 2016

Grâce aux médias sociaux, Jonathan rencontre plusieurs autres personnes en situation de handicap au Québec qui sont dans la même situation que lui ou qui vivent des situations difficiles à domicile dû au manque de soutien.

Décembre 2016

Jonathan fait des recherches sur le fonctionnement du système de soutien à domicile du Québec et les problèmes auxquels les personnes handicapées font face. Il tente d’élaborer une solution avec le système déjà en place (CLSC/Chèque Emploi-Service), mais de gros problèmes persistent: le système est inéquitable, décentralisé, fragmenté et sous-financé. Le système est basé sur le modèle médical du handicap et n’est pas conçu pour la participation sociale des personnes en situation de handicap.

Il se tourne alors vers un nouveau modèle: la création d’un nouveau programme provincial d’Assistance Personnelle Autodirigé basé sur les principes de la vie autonome. Aussi, il est d’avis que le modèle coopératif pourrait fonctionner au Québec. Il vise ainsi la création d’une coopérative par et pour les personnes handicapées qui serait porteuse d’un projet pilote et agirait en tant que fournisseur de service d’assistance personnelle.

Bannière 2017, l'étape des rencontres

Janvier 2017

La mère de Jonathan est impliquée dans un projet de résidence pour les personnes atteintes de dystrophie musculaire dans la région de Québec.

Jonathan commence à examiner le projet de résidence. Il se rend compte rapidement que ça ne correspond nullement à ses besoins. Il veut être libre de faire ses propres choix de vie sans restrictions. Il abandonne le projet et se concentre sur le développement d’une alternative qui respecte les droits de la personne.

Février 2017

Jonathan communique avec Adolf Ratzka du Independent Living Institute en Suède. Adolf est l’un des instigateurs d’une vaste réforme pour les services et droits des personnes handicapées en Suède dans les années 80-90s. Tout comme Jonathan, Adolf a déjà été contraint de vivre en institution et il a aussi besoin d’assistance 24h/24. Cette rencontre marque un point tournant: maintenant, tout est possible.

Mars 2017

Jonathan fait la connaissance de Marie-Claude Lépine. Elle aussi a déjà vécu en institution (CHSLD) et a déjà travaillé pour implanter des alternatives, elle décide de se joindre au projet.

À l’aide du réseau de contacts de Marie-Claude, des recherches sont effectuées pour trouver d’autres personnes en situation de handicap intéressées à s’impliquer.

Mai 2017

Un groupe de travail, composé de personnes en situation de handicap situées aux quatre coins du Québec, est créé. Des rencontres par vidéoconférence sur internet sont organisées toutes les semaines pour faire avancer le projet. Les gens qui ont participé à cette phase du projet: Deborah Kennard, Mélanie Rochon, Marie-Claude Labrecque, Jonathan Marchand, Patric Leblanc, Marie-Claude Lépine, Daniel Pilote, Jacques Théberge, Gilles Martineau et Carole Saint-Laurent.

Juin 2017

Début des travaux pour définir notre image de marque. Nous travaillons avec Martin Ducharme de l’agence de branding Nyévo.

Septembre 2017

Pour avoir du financement pour le lobbying auprès du gouvernement, on nous conseille de faire affaire avec la Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec (FCSDSQ). C’est un organisme qui représente les coopératives de soutien à domicile. Après des discussions, la fédération n’est pas d’accord à ce qu’on ouvre notre propre coopérative. Ils veulent qu’on utilise leur propre réseau de coop et nous disent qu’on va avoir un « mot à dire » sur comment les services sont organisés. Nous rejetons cette offre, car, à l’avenir, personne d’autre ne doit prendre des décisions à notre place. Notre projet est par et pour les personnes en situation de handicap.

Décembre 2017

Une entente de service est signée avec la Coopérative de Développement régional du Québec (CDRQ) et le Conseil québécois de la Coopération et de la Mutualité (CQCM) pour avoir du soutien pour mettre sur pied une coopérative. La CDRQ offre du soutien pour la rédaction des règlements généraux et la mise en place des bases de la coop.

Bannière 2016, l'étape des recherches

Février 2018

Marie-Claude Lépine participe au Rendez-vous des jeunes entrepreneurs innovants organisé par le Conseil Québécois des Coopératives et Mutualités (CQCM). Elle y fait la rencontre de Gaston Bédard Président-directeur général de la CQCM qui lui confie que notre projet de coopérative répond à un besoin et qu’il est derrière nous.

Marie-Claude reçoit une formation de trois jours sur la création d’entreprises à impact social. Elle en ressort avec une boîte à outils, des contacts et des connaissances supplémentaires qui seront utiles pour la création de la coopérative.

Mars 2018

Le comité provisoire adopte le logo officiel qui deviendra l’image de marque de la coopérative. Ce logo a été longuement travaillé en collaboration avec l’équipe de la coopérative et du propriétaire de l’agence de branding Nyévo. Ce logo porte une signification particulière. L’inspiration initiale du logo était de trouver une opposition au symbole du triangle noir du système de marquage des prisonniers du régime nazi. Le triangle noir identifiait les personnes socialement inadaptées, dont les personnes en situation de handicap faisaient partie. Le triangle blanc se veut l’opposé de cette idée.

Avril 2018

Une première rencontre est tenue avec le gouvernement.

Marie-Claude Lépine assiste à une journée-conférence à Paris sur la Vie Autonome et les droits internationaux des personnes en situation de handicap. Elle y fait la rencontre de militants français et de représentants d’une coopérative dont Coop ASSIST s’inspire.

Fin des travaux sur une évaluation économique sommaire du projet Coop ASSIST qui compare les coûts directs des CHSLD et du programme APA. Les résultats sont très positifs et démontrent la viabilité financière de notre projet.

Mai 2018

L’assemblée générale d’organisation est tenue et la Coop ASSIST – Coopérative québécoise pour la vie autonome est officiellement constituée.

Août 2018

Lancement de la page Facebook de Coop ASSIST.

Lors des Élections provinciales, des démarches sont entamées pour avoir l’appui de tous les partis politiques. Des demandes d’appui sont remises aux quatre principaux partis.

 

En développement…

À venir…